Les pépites de la Corse du Sud

Après une première semaine à avoir visiter la Haute Corse d’Ajaccio à Bastia par la côte puis une seconde semaine à traverser la Corse intérieure pour découvrir de vrais petits paradis, nous voilà déjà à la troisième et dernière semaine de notre roadtrip en Corse. Celle-ci sera placée sous le signe du repos. On est quand même en vacances et après avoir enchainé 200km de marche en deux semaines, nos jambes ont elles aussi besoin de se reposer.

Honnêtement, nous avions un plan plutôt bien défini pour ces derniers jours, mais que nenni. Durant ces derniers jours en Corse nous avons juste voulu nous écouter et nous laisser porter par nos envies plutôt qu’un programme assez défini comme les deux semaines précédentes.

Il ne nous aura fallu qu’une trentaine de minutes pour rejoindre Porto Vecchio depuis notre dernière randonnée à la Cascade de Ghjaddu. Sur la route d’ailleurs, vous passerez le long du lac d’Ospedale. Ce lac est complètement artificiel et alimente en eau potable toute la région de l’extrême Sud. C’est un spot parfait pour un arrêt en fin de journée si vous en avez le temps.

De notre coté, direction la citadelle de Porto Vecchio. Cette dernière se trouve en hauteur et domine l’ensemble du golfe de Porto-Vecchio. Clairement, la vue est juste sublime de là haut. Aussi, bien que la citadelle ne soit pas grande, s’y promener est plus qu’agréable. On retrouve les petites ruelles qu’on avait tant aimé à Calvi et l’ambiance festive de Saint Florent.

Porto Vechhio est également connue pour ses magnifiques plages. Disons les choses, d’habitude, je ne suis pas très plage, je m’ennuie rapidement. Cependant, je suis très curieuse et je ne voulais pas louper les célèbres plages de la Corse du Sud. Et heureusement car il faut reconnaître que ce sont de superbes endroits, où l’on reste facilement flâner en admirant la couleur de l’eau.

La plage de Santa Giulia figure très régulièrement dans les classements des plus plages de France voire du monde, et clairement, à peine vous poserez vos pieds sur le sable fin, vous comprendrez.

Magnifique lagon aux eaux turquoises, joli ponton, gros rochers, vous aurez l’impression d’être aux Seychelles. S’ajoute à ce décor déjà bien paradisiaque une vue sublime sur les collines du sud de la Corse. Clairement, vous l’aurez compris, c’est un vrai petit paradis cet endroit. Mais pour en profiter au mieux, il vous faudra vous lever tôt.

En effet, sur place aux alentours de 8h30, nous étions quasi seules au monde. Un vrai privilège. À partir de 10h à peine, c’est une toute autre histoire. Sans surprise, ce lieu est très connu et donc très prisé. Aussi, ne loupez pas les coins un peu plus cachés de la plage en marchant tout à l’est de cette dernière. Là bas, au milieu de gros rochers gris lisses, vous pourrez profiter de la beauté de la plage avec encore moins de monde.

Niveau accès, rien de plus facile. Vous trouverez bon nombre de parkings (pour la plupart payants, compter entre 5 et 10 euros en fonction du parking et/ou saison). Ce montant pourra être déduit de votre addition si vous décidez de vous restaurez sur le restaurant de la plage la plupart de temps.

Ensuite, je vous conseille de profiter de la plage de Tamaricciu. Cette petite plage intime mérite vraiment que l’on cherche un peu pour trouver son accès. De notre coté, nous l’avons rejoint en marchant quelques centaines de mètres depuis la plage de la Folaca en suivant simplement le bord de l’eau.

La plage de Tamaricciu n’a clairement rien à envier à celles de Santa Giula ou Palombaggia. Elle se distingue notamment par son sable blanc et son eau turquoise ainsi que par un cordon dunaire planté de chênes, de pins et de genévriers. Il y a encore peu, cette plage était principalement connue grâce aux magnifiques photos de son majestueux pin parasol. Malheureusement, ce dernier a été abattu.

Depuis votre serviette, vous pourrez également profiter d’une vue sur l’Îlot de la Folaca. Un lieu parfait si vous voulez pratiquer le snorkeling et découvrir la faune et la flore environnantes.

Enfin, nous ne pouvions pas passer à côté de la plage de Palombaggia. Vous pourrez la rejoindre depuis celle de Tamaricciu en emprunter simplement le sentier côtier.

En journée, c’est une des plages les plus prisée par la foule de touriste (et c’était déjà le cas même si nous n’étions pas encore en haute saison lors de notre voyage). C’est pourquoi nous avons décidé de profiter de ce petit paradis en fin de journée le temps d’un pique nique. Clairement une des meilleures idées que nous avons eu durant ce séjour en Corse du Sud. Il n’y avait que nous et un groupe de jeunes qui profitait des derniers rayons de soleil.

En plus d’avoir le privilège de profiter de cet endroit en étant quasi seules au monde, nous avons pu nous garer très facilement sur les places gratuites alors totalement libres alors qu’en journée, il vous faudra encore sortir le porte monnaie.

INFOS PRATIQUES | Où dormir ? Où manger ?

  • Spot dodo : Camping La Matonara
    Un camping tout simple où nous avons adoré séjourner du fait de la gentillesse des employés. Comptez une vingtaine d’euros par nuit (pour deux avec tente voiture et électricité). Petit bonus vous pourrez profiter d’une piscine très agréable.
  • Restaurant – Coup de coeur : Parad’isula
    Ce n’est pas une adresse secrète, loin de là, mais le combo de l(emplacement, la décoration et le personnel en fois un lieu magique ! De plus, vous pourrez déduire le prix du parking de la note (hors bar et snack).

Entre les deux célèbres villes de la Corse du Sud, nous nous sommes arrêtées quelques heures pour profiter de la belle plage de Rondinara. Située à 30 minutes de Porto Vecchio et 35 minutes de Bonifacio, c’est une pause parfaite.

De notre côté nous y sommes allées assez tôt le matin, pour ne pas dire “très tôt” du fait que nous étions les premières à se garer sur le parking qui se situe à deux pas de la mer.

Nous avons commencé par faire le tour de la presqu’ile sur laquelle se situe un bunker que nous avons cherché, mais pas trouvé. Par contre, nous avons rencontré quelques vaches sauvages qui se promenaient elles aussi, profitant du calme de la baie encore bien vide. Ces dernières ne se privent pas de descendre sur la plage et la traverse jusqu’à la pointe de Prisarella.

Aux alentours de midi nous avons quitté les lieux alors que la plage avait été envahie par les touristes.

Clairement, notre plus gros coup de coeur de tout le voyage en Corse. Je ne sais pas pourquoi, je ne pensais pas aimer plus que ça Bonifacio étant une amoureuse principalement des paysages de montagnes, des randonnées … Mais quelle claque ! Bonifacio, je n’ai pas seulement aimé cette ville, j’en suis littéralement tombée amoureuse. Un sentiment partagé avec Sara qui était totalement sous le charme également.

Ce coup de coeur s’explique par plusieurs raisons :

  • Premièrement, la ville est sublime.
  • Ensuite, tous les points que nous voulions voir se trouve à 10/15 minutes, maximum 20 minutes de voiture, donc vraiment top pour profiter pleinement de nos journées
  • Enfin, nous avons adoré les locaux que nous avons rencontré. Ces derniers ont clairement transformé notre séjour et ils n’ent ont même pas conscience je pense à quel point leur accueil et leur disponibilité ont impacté notre visite.

La ville de Bonifacio est connue principalement pour ses habitations construites à flanc de falaises dont vous avez certainement déjà vu des photos. Bonne nouvelle, c’est aussi beau en vrai que sur les cartes postales, promis! Et rien de mieux qu’une balade en bateau pour profiter de cette beauté depuis le large.

Nous avons embarqué sur un bateau de la SPMB (Société de Promenades en Mer de Bonifacio). Vous ne pourrez pas louper cette compagnie sur le port. Vous aurez d’ailleurs le choix entre plusieurs circuits qui vous feront découvrir plus ou moins d’endroits. De notre côté nous avons opté pour le circuit 1, le plus court et nous avons adoré.

Pour commencer, le capitaine, entendant qu’avec Sara nous parlions anglais, nous à apporter des fiches explicatives afin de pouvoir suivre les commentaires fait durant la balade. Ces derniers vous permettront d’en apprendre davantage sur les bâtiments de la ville, les calanques ou même encore pourquoi l’eau est si cristalline.

Depuis votre embarcation, vous pourrez observer à la fois les habitations colorées impressionnantes par leur proximité avec le vide, mais également L’escalier du Roy d’Aragon qui est un incontournable de Bonifacio. Il faut dire que le lieu est assez insolite: il s’agit d’un escalier de 187 marches taillées directement dans la roche, avec une inclinaison de 45 degrés environ. Rien que ça !

Le bateau vous amènera également au plus près des grottes creusées dans la roche (certaines sont fermées actuellement à cause d’éboulements) et dans les calanques de Bonifacio.

Place maintenant à la visite de la citadelle. Pour en profiter pleinement, rien de mieux que de se perdre dans ses ruelles aux couleurs douces et harmonieuses. Toute la veille est dans des teintes de beiges, rosées et bleutées, ce qui rend la balade agréable.

Si vous voulez en profiter avant que la ville s’anime complètement, il vous faudra être là avant 10 heures. Après, les boutiques commenceront à lever leur rideau et les terrasses se rempliront petit à petit. En fin de journée, c’est encore une toute autre atmosphère que si dégage de ses ruelles, une atmosphère bien plus festive que nous avons adoré. Nous avons d’ailleurs passé la quasi totalité de nos soirées à Bonifacio à jouer à la pétanque avec des locaux sur la place du marché.

Enfin, n’oublier de profiter du sentier qui longe les falaises jusqu’au cap Pertusato. En 1 heure de marche, vous atteindrez la plage des 3 pointes et pourrez profiter de panoramas magnifiques sur la mer, les falaises et la ville. Si vous êtes motivés, 1h de plus vous permettra de rejoindre le Cap de Pertusatu. Pour le coup, c’est une très belle randonnée à faire à Bonifacio, elle est facile et elle dévoile des vues vraiment exceptionnelles ! 

Si la marche n’est pas trop votre truc, je vous conseille de monter tout de même au premier belvédère qui offre déjà un panorama très sympa sur les maisons perchées de Bonifacio. Il vous faudra simplement quelques minutes pour y arriver depuis la route, ça serait donc vraiment dommage de passer à côté.

De notre côté nous avons décidé d’en profiter principalement en fin de journée alors que le soleil se couchait petit à petit.

Coté plage, la région de Bonifacio n’a rien à envier à celle de Porto Vecchio. Entre Saint Antoine, petit et grand Spérone ou encore les plages de Balistra ou Maora, vous trouverez pour sur votre bonheur.

Connue pour son rocher en forme de bateau, la plage de Saint Antoine est très jolie vue de la mer (vous passez devant pour certaines excursions) mais aussi par la terre. L’accès se fait en 20 minutes depuis le parking situé à côté du sémaphore. Prévoyez des baskets car le sentier est rocailleux et un peu abrupte.

Ne loupez pas le Trou Saint-Antoine, à quelques pas de la plage, qui abrite une petite crique accessible par la mer. Si vous avez la motivation, vous pouvez y aller à la nage depuis la plage.

Plus à l’est de l’île, vous pourrez ensuite profiter des très connues  plages du Petit et du Grand Sperone.  Pour y accéder, garez vous le long de la route de Piantarella dès que vous trouverez une place, ces dernières étant très chères déjà fin juin alors que la haute saison n’a pas encore commencé, je n’ose pas imaginer en plein juillet ou août.

Depuis cette route, il vous faudra marcher environ 15 minutes pour arriver sur la plage du petit Spérone. Cette dernière a des allures de Caraïbes avec son eau limpide sur des dizaines de mètre. La plage est assez petite mais sachez qu’au bout de cette dernière se trouve un escalier en pierre, suivi d’un nouveau sentier qui vous offrira une jolie vue sur les iles Lavezzi au loin et vous mènera à la plage du Grand Sperone.

Enfin, pour les aventuriers, vous pourrez rejoindre l’ile de Piana à pied depuis la plage de Piantarella qui se trouve sur votre chemin retour vers le parking. L’eau vous arrivera au niveau de la taille à peu près. Sinon vous pourrez toujours opter pour du kitesurf, paddle, kayak ou encore planche à voile.

Si vous aimez ce type de sport, vous adorerez également la plage de Balistra. C’est une superbe plage totalement préservée ( vous ne trouverez qu’un seul un restaurant en bois et une base nautique démontable) blottie entre les falaises blanches du Capu Biancu au sud et au étang au nord. Cette très belle plage de sable blanc est totalement entourée de végétation, donnant un caractère unique aux lieux.

C’est aussi un vrai petit paradis donc pour les amoureux des sports d’eau. En effet, la plage est très souvent ventée pour le plus grand bonheur des véliplanchistes qui fréquentent énormément ce “spot” pour atteindre des vitesses parfois très impressionnantes. 

Enfin, dans un tout autre registre, je ne pouvais pas écrire cet article sans citer notre plage coup de coeur, Maora. Nous l’avons découverte suite aux conseils du capitaine du bateau de notre excursion au large de Bonifacio et clairement, merci à lui encore ! La plage s’étend sur environ 800 mètres et propose un environnement bien plus intimiste que les autres citées plus haut.

INFOS PRATIQUES | Où dormir ? Où manger ?

  • Spot dodo – Coup de coeur : Camping de L’Araguina
    Un camping tout simple où nous avons adoré séjourner du fait de sa localisation. Il vous faudra 2 minutes à pied pour rejoindre la marina, très pratique donc pour éviter les galères de parking. Comptez environ 25 euros par nuit (pour deux avec tente voiture et électricité).
  • Restaurant – Coup de coeur : Maora Beach
    Situé sur la plage qui porte le même nom, ce restaurant est un vrai petit paradis. Sous ses airs de jardin romantique et ses pergolas face à la mer, le lieu est parfait pour passer une journée idyllique.

Comme je vous le disais dans le premier article de cette série sur notre roadtrip en Corse, nous avons été en Sardaigne pour 24h chrono, le temps de surprendre les parents de Sara qui y séjournent en ce moment. Voir l’île faire face à la Corse pendant plusieurs jours aura eu raison de nous à croire.

Et puis ça aurait été bête de ne pas profiter de la promiscuité des deux iles, en effet, seulement 12 kilomètres séparent les deux îles. De plus, il ne vous faudra une heure à peine pour faire la traversée. Pour cette dernière, nous avons utilisé le système de navettes de la compagnie Moby. Tout comme pour Corsica Ferry, il vous suffit de vous rendre sur le site et sélectionner l’horaire qui vous convient, le nombre de personnes faisant la traversée ainsi que le véhicule que vous avez.

Pour rappel, cette escapade improvisée nous aura couté dans les 200 euros aller retour pour deux, toujours avec la Jeep, en sachant que nous avons pris les billets 2 jours avant le départ seulement.

Aussi, si vous souhaitez vous y rendre, n’oubliez surtout pas de vous renseigner sur les documents à fournir. En effet, tout comme pour le reste de l’Italie, il vous faudra en ce moment :

  • une carte d’identité en cours de validité
  • un formulaire de localisation (Passenger Locator Form digitali – dPLF) à remplir sur le portail en ligne
  • Un certificat de vaccination complète achevée au moins 14 jours avant le voyage ou le résultat d’un test négatif au coronavirus Covid-19 (RT-PCR) de moins de 72 heures, ou le résultat d’un test négatif antigénique rapide de moins de 48 heures.

Malheureusement, je n’ai pas de quoi écrire un article complet encore sur la Sardaigne y allant principalement avec Sara pour voir sa famille mais, l’an prochain normalement, nous ferons le tour de l’île tout comme nous avons fait la Corse cette année.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s