D’Ajaccio à Bastia, un séjour entre terre et mer

La Corse est une destination magnifique qui offre un nombre de paysages différents incalculables. On passe facilement de plages paradisiaques aux montagnes abruptes et sauvages, sans oublier les rivières qu’on appréciera surtout pour leur fraicheur ainsi que les jolis villages typiques de l’île de beauté …

En d’autres mots, vous trouverez votre bonheur en Corse, c’est certain !

Nous avons décidé de partir en road-trip tout autour de l’île en démarrant par la partie supérieure de la Corse, d’Ajaccio à Bastia. Je ne pouvais pas simplement dire la Haute Corse du fait que cette dernière ne comprend pas Ajaccio.

Dans cet article, je vous partage donc les étapes incontournables pour découvrir le meilleur de la Haute Corse. Bonne découverte !

Après onze heure de bateau, à dormir comme des bébés et rêver du voyage qui nous attend avec Sara, dans notre cabine du ferry pris à Toulon, nous arrivons enfin à destination : bienvenue à Ajaccio. Ni une ni deux, à peine débarquer nous nous sommes installées dans un petit café de quartier afin de prendre quelques forces pour cette première journée en Corse.

Nous n’avions pas prévu de visiter la ville ce jour là étant donné que nous devions reprendre le bateau au retour depuis Ajaccio. Nous nous étions dit qu’on visiterai avant le retour, mais que nenni ! Comme tout bon voyage, il y a eu quelques changements de plans tout au long de ces trois semaines, et l’ultime aura été de rester dans le sud plus longtemps de prévu. Ce n’est que partie remise pour Ajaccio. Nous reviendrons plus vite que vous ne le pensez arpenter les ruelles de la ville et profiter de ce qu’elle a à offrir.

Notre premier vrai stop nous a donc conduit à l’archipel des Sanguinaires.

Archipel des Sanguinaires – Ajaccio

Compter environ 20 minutes de route depuis Ajaccio pour rejoindre le parking dédié à la balade des Iles Sanguinaires (parking payant). Quand nous arrivons, il es à peine 11h, et le parking est encore bien vide. Un bonheur pour nous qui apprécions visiter les lieux sans foule. Clairement, ça ne doit pas être le même délire en Juillet et Août donc n’hésitez pas à venir soit tôt soit lors du couché de soleil qui doit être sublime à cet endroit.

Nous avons passé une bonne heure à nous balader et profiter des différents points de vue possibles. En effet, en plus de suivre simplement la route des Sanguinaires qui vous conduit au point de vue le plus connu, vous laissant face à l’archipel, vous pouvez également prendre un peu de hauteur en montant vers les ruines en haut de la colline. Depuis là, vous n’avez pas seulement une chouette vue sur l’archipel, mais vous avez aussi une vue sublime sur la côte et la pointe de la Corba.

Sur la route pour notre prochain stop qu’est Piana, nous passons par Cargèse. Ce village est en fait est une cité construite à l’époque par les Grecques, très colorée. Parfait pour un stop rapide, c’est sympa. 

Par la suite, nous voilà parties vers le village de Piana qui est un des plus beaux sites de Corse. Il est d’ailleurs classé d’intérêt mondial par l’UNESCO. Le village surplombe le golfe de Porto en faisant face aux presqu’îles de Senino et Scandola.

Piana est le point de départ de nombreuses randonnées plus ou moins bien balisées.

C’est d’ailleurs ici que nous avons fait une des plus belles randonnées de notre séjour, celle du Capo Rosso. Le Capo Rosso est un magnifique endroit depuis lequel observer le littoral corse, du Golfe de Porto jusqu’à la Tour d’Omigna de Cargèse, en passant par la Réserve Naturelle de Scandola.

Le point de départ exacte se trouve juste à côté du parking sur lequel se trouve la buvette A Guardiola, un endroit que vous adorerez retrouver à l’issue de votre randonnée pour une pause rafraichissante avant de continuer votre excursion corse.

Pour ce qui est de la randonnée, vous ne pourrez pas vous perdre si vous décidez de vous lancer. En effet, la tour de Turghiu, point d’arrivée de cette balade, est accessible par un sentier unique et bien balisé. Cette tour, génoise, date de 1608. Il est possible d’y pénétrer via un escalier situé sur votre droite quand vous rentrer. Attention à vous, car les marches sont assez raides et hautes avec un plafond parfois bas. Mais une fois en haut, vous êtes récompensés par un sublime point de vue ! Vous serrez en effet perché à 340 mètres d’altitude ce qui vous permettra de profiter d’une vue à 360°.

Pour cette belle balade, pensez à avoir de bonnes chaussures. En effet, bien que le début de la randonnée se déroule sur des chemins plus ou moins tranquilles, la seconde partie consiste simplement à grimper. La randonnée prend même parfois des airs d’escalade tellement la pente est raide par moment. N’oubliez pas non plus de prendre de quoi boire et manger car cette randonnée, bien que “courte” sur le papier (environ 8 km aller retour), vous prendra dans les 2h30 / 3h si vous marchez bien.

Si vous voulez vous rafraichir après cette randonnée, vous avez la plage d’Arone à quelques minutes à peine en voiture. Selon les locaux, cette plage fait partie des plus belles de Corse. Nous n’y sommes pas allées car nous avons enchainé avec une seconde balade dont je vous parle un peu plus loin dans l’article.

Dans la région de Piana nous avons également suivi le chemin du Château-fort. À travers un dédale de magnifiques rochers de couleur rougeâtre, un sentier mène au Château-fort.

Attention, le nom de cette balade peut porter à confusion car vous ne verrez pas un “vrai” château-fort, seulement un gros rocher qui en a la forme. Vous aurez surtout un merveilleux belvédère avec une vue imprenable encore une fois sur le golfe de Porto, les Calanques, et au loin le village de Piana. Attention toutefois, prenez garde au précipice …

Cette randonnée est bien plus simple et courte que la précédente. Comptez une bonne heure pour faire l’aller retour.

Enfin, après une journée remplie de randonnées et balades, rien de mieux que de profiter des calanques de Piana. Et ce que je peux vous dire c’est que la beauté des calanques de Piana n’est décidément pas une légende ! La façon la plus classique de visiter les calanques de Piana est d’emprunter l’unique route qui relie les villages de Piana et de Porto : la D81. Cette route, étroite et sinueuse, vous mènera au coeur des calanques sur environ 2km et vous offrira de nombreux points de vue, tous plus beaux les uns que les autres.

Pour profiter au mieux de cet endroit, mes deux conseils seraient :

  • d’arriver alors que le soleil tombe petit à petit, jetant ainsi une lumière orange/rouge sur les roches des calanques
  • de vous garez à un endroit et de profitez du lieu à pied (tout en faisant attention car les nombreux virages font que la visibilité des conducteurs est très réduite). Si vous arrivez depuis Porto, vous pouvez vous garer au niveau de l’ancien chemin des Muletiers.

Les calanques de Piana ont été un des endroits que nous avons préféré lors de notre séjour en Corse. Et nous les avons le matin, le midi et le soir comme ici lors du couché de soleil (qui reste le meilleur moment pour en profiter). D’ailleurs, lors de votre balade, n’oubliez pas d’avoir vos yeux grands ouverts afin de remarquer chaque détail de la roche comme ce coeur.

Comme vous l’aurez compris, les calanques se visitent à pied, mais pas seulement. En effet, vous pouvez aussi opter pour une excursion en bateau pour explorer les calanques depuis la mer. Vous pourrez, par la même occasion, visiter la réserve naturelle de la Scandola et le petit port de la Girolata. Cette solution vous permet de voir des choses accessibles uniquement par la mer. Par manque de temps nous ne l’avons pas fait cette fois ci, mais nombreux étaient ceux qui nous recommandaient de faire cette excursion avec Corse Emotion.

Pour finir ce récit sur Piana et Porto je tenais à vous parler d’une balade que nous avons fait un après midi, après la randonnée de Capo Rosso. On en avait déjà plein les pattes, mais peu importe, quand on aime, on ne compte pas les kilomètres. C’est celle de la cascade la Radule. Pour rejoindre le point de départ de cette randonnée, nous avons du rouler une heure depuis Porto en direction de Albertacce.

Une fois garé sur le parking du fer à cheval situé dans un virage en tête d’épingle, vous trouverez le chemin qui mène à la bergerie de Radule. Ce dernier est bien indiqué dès la route avec un balisage bleu. 500 m plus loin, on rejoint le GR20 qu’il faudra à présent suivre jusqu’à la rivière (balisé par deux traits blanc et rouge). Environ un demi-kilomètre après la bergerie, on parvient au cours d’eau que l’on traverse sur un nouveau pont en bois. Cet ici qu’il vous faudra arrêter de suivre le balisage du GR20 et suivre cette fois ci le chemin sur la droite pour atteindre la cascade de Radule, haute de 25 m. 

Après cette escapade à la fraiche, nous sommes rentrées sur Porto pour une dernière nuit en traversant la forêt d’Aitone. L’une comme l’autre, nous avions l’impression d’être de retour à Yosémite aux États-Unis. Cette forêt se distingue par ses pins larici réputés pour être les plus beaux de Corse. 

INFOS PRATIQUES | Où Manger ? Où dormir ?

  • Restaurant – Coup de coeur : U Pescadore
    De loin, cet endroit nous semble être une paillote de plage comme il y en a beaucoup en Corse. Nous y avons été plusieurs fois pour des pauses rafraîchissantes et nous sommes laissées tenter pour un diner sur place lors de notre dernière soirée à Porto. Clairement, un réel coup de coeur. Les plats sont très copieux et délicieux, de plus, le prix est quant à lui loin d’être excessif.
    Mention spéciale d’ailleurs pour le moelleux au chocolat et à la chataîgne, un vrai délice.
  • Spot dodo : Camping Municipal de Porto
    De part sa localisation, ce camping est selon moi parfait. Bien sûr il ne faut pas s’attendre à un grand confort, mais pour le prix, il y avait tout ce qu’il nous fallait. Compter environ 20 euros par nuit pour deux personnes avec voiture, tente et électricité.

Compter deux heures de route si vous souhaitez rejoindre Calvi depuis Porto, que ce soit par la côte, où la route est plus longue et sinueuse, ou la route principale. Vous rejoindrez d’ailleurs cette dernière au niveau de Galéria où nous avons fait un stop le temps d’une citronnade fraiche et d’un déjeuner dans un petit paradis, la Cabane du pécheur. C’est une adresse bien connue en Corse, tenue par des pêcheurs, où vous ne pourrez que vous régaler ! En plus d’offrir un cadre parfait (restaurant sur la plage avec une déco très chouette), vous y mangerez super bien. Mention spéciale pour le délicieux Lobster roll.

Nous profitons de notre arrêt rapide à Galéria pour aller découvrir la vallée du Fango qui se trouve à quelques minutes seulement de là.

Le fleuve du Fango prend sa source au pied du Capu Tafunatu (2335m) et se jette dans le golfe de Galéria. Il est célèbre pour ses eaux cristallines formant des piscines naturelles idéales pour la baignade.

Aussi, si vous avez un peu de temps devant vous, je vous invite à faire la randonnée de la vallée. Le point de départ se situe au niveau du pont, il vous suffira d’emprunter le sentier qui part sur la droite juste après l’avoir traversé. C’est un sentier qui longe le Fango jusqu’au hameau de Tuarelli. La balade vous prendra environ 1H30 de marche, soit 3H aller-retour.

Compter ensuite environ 45 minutes de route entre Galéria et Calvi si vous opter pour l’option rapide ou une heure si vous préférez suivre pour la côte.

Nous avons passé 2 jours complets dans la région de Calvi, ce qui permet de profiter de la ville tôt le matin alors que le soleil se levait à peine tout comme en soirée en profitant des derniers rayons.

Si vous êtes matinaux, ne loupez pas le point de vue qu’offre la pointe Saint François sur la citadelle de Calvi au levé de soleil. Clairement, le réveil a piqué ce jour là, mais ça en valait la peine. Surtout que nous étions seules au monde ce matin là. Pour s’y rendre, garer vous près de l’hôtel Sole Mare, il vous restera seulement quelques mètres à parcourir à pied.

Rien de mieux ensuite que profiter de ce réveil matinal pour déambuler dans les ruelles de la vieille ville alors que les locaux dorment encore pour certains et surtout que les visiteurs ne sont pas encore arrivés.

Malgré qu’il ne soit que 8h du matin, nous croisons quelques personnes, dont un papi qui semblait avoir envie de partager avec nous quelques anecdotes. Il nous explique notamment ce qu’ont de si particulier les grilles aux fenêtres des habitations de la citadelle. Ces dernières ont été élaborer de manière à ne pas pouvoir être forcées grâce à un système de croisement. Ne me remercier pas pour cette information, elle pourra toujours vous servir lors d’un repas en famille.

Les ruelles de la ville sont très agréables et remplies de street art à notre grande surprise. Vous trouverez à des nombreux endroits des dessins en papier collés au mur, représentant des scènes de vie d’autres fois dans la citadelle.

Enfin, si vous êtes plus de la team couché de soleil, dirigez vous vers la chapelle de Notre Dame de la Serra. Mettant en valeur la beauté du littoral de Calvi et le tracé historique de la citadelle de la ville, la vue offerte depuis la chapelle est simplement magnifique. Vous pourrez également profiter de la vue sur la presqu’ile de la Revellata où le chemin des douaniers pourrait vous intéresser si vous cherchez une jolie balade à faire dans le coin de Calvi en journée. Entre mer et maquis, vous pourrez vous rendre jusqu’au belvédère aménagé par le Conservatoire du Littoral. Il se trouve juste en contre-bas du phare de la Revellata.

INFOS PRATIQUES | Où Manger ? Où dormir ?

  • Restaurant – Coup de coeur : La Cabane du pêcheur
    Restaurant sur la plage de Galéria (fermé le soir), pensez à réserver !
  • Spot dodo : Camping La clé des champs à Calvi
    Localisation parfaite avec tout ce qu’il faut pour être bien installés. Compter environ 20 euros par nuit pour deux personnes avec voiture, tente et électricité.

La Balagne, région dans laquelle se trouve Calvi, a tellement de choses à offrir. Elle s’étend de Pietralba à Galeria allant jusqu’aux montagnes du Ghjunsani et du Falasorma. Composée de stations balnéaires, de hameaux en bord de mer, de villages, visiter la Balagne vous permet de profiter tous les atouts de l’île de beauté en un périmêtre réduit.

Le plus fou de cette région est vraiment le fait qu’en quelques minutes à peine le décor change du tout au tout. Fini la mer d’un bleu incroyable, nous voilà dans les montagnes de l’arrière pays. Les routes sympas ne manquent pas, ni les villages de caractère comme je vous le disais plus haut ! Il vous faudra donc suivre la route D451 afin de découvrir la guirlande de petits villages médiévaux accrochés à flanc de colline (pour s’éloigner des attaques des barbares venus de la mer). Certains s’imposent comme des étapes incontournables selon les locaux : San Antonino, Lumio, Pigna, Corbara, Speloncata, Monticello…. Malheureusement nous avons du faire des choix.

Nous commencerons notre balade par la visite du village de Montemaggiore où les ruines du vieux village sont encore visibles. De là, vous aurez une vue exceptionnelle sur le golfe de Calvi. Ensuite, n’hésitez pas à vous balader dans le village. En effet, il renferme surtout de belles ruelles ornées d’anciennes maisons aux portes sculptées. Au détour de l’une d’entre elles, vous y trouverez également un passage… celui d’un « Don Juan ». Ceci s’explique par le fait que dans l’oeuvre « les âmes du purgatoire », Mérimée évoque un « Don Juan » né à Séville en 1627, le fils de Donna Gelormina Anfriani née à Montemaiò et Tomaso Magnara né à Calvi. 

Ensuite sur la route pour rejoindre le célèbre village de San’Antonio nous faisons un rapide arrêt à Cateri. Un village bien mignon encore une fois repli de vieilles maisons, cette fois ci principalement construites en granit. En continuant la route, Cateri vous offre également un joli point de vue sur les villages voisins.

Nous reprenons la route pour rejoindre le dernier village que nous voulions visiter, et pas des moindres : Sant Antonino. Certainement le plus célèvre des villages de la région malgré qu’ils ne soient que 34 habitants ici l’hiver.

Pour le visiter, il faudra vous acquitter premièrement du parking payant situé près de l’église. Arpentez ensuite les étroites ruelles et découvriez l’ensemble des maisons construites à même la roche avec la pierre du pays. Soudées les unes aux autres, ces demeures s’enroulent autour du piton granitique pour ainsi former un embryon de labyrinthe. 

N’oubliez pas de grimpez jusqu’au sommet du village, où se trouvent notamment les vestiges d’anciennes fortifications. Depuis là, vous pourrez observer toute la Balagne grâce à un incroyable panorama à 360°.

Avant de retrouver votre voiture sur le parking plus bas, ne loupez pas le Clos Antonini. C’est l’endroit parfait pour une citronnade maison bien fraîche. Leur jus de raison est également à tomber mais le mieux encore, est leur mélange citron raisin.

Après cette matinée passée à visiter les villages de la Balagne, nous sommes parties direction l’Île Rousse. Compter moins d’une heure pour la rejoindre depuis Sant’Antonino.

L’Ile Rousse est une ville animée où il fait bon vivre, et ça se ressent dès notre arrivée ! Si vous arrivée comme nous, aux alentours. de l’heure du déjeuner, profitez du centre ville de l’Ile Rousse qui est très agréable et plein de charme avec ses ruelles ombragées, ses façades délavées et ses petites places. Il est assez petit et l’on peut tout faire à pied !

Après un bon déjeuner dans le centre ville (qui ne manque pas de restaurants), filez jusqu’à l’ile de la Pietra. Cete dernière est reliée à l’Ile Rousse par une digue qui abrite aussi le port de plaisance. Ne manquez pas de vous y rendre à pied, cela ne vous prendra pas plus de 2 minutes depuis le centre de l’Ile rousse.

La presqu’ile est très jolie avec ses roches de couleur ocre / rouge. N’hésitez pas à escalader, en faisant attention à vous, les premiers rochers que vous trouverez sur votre gauche pour avoir un joli point de vue sur le phare et la tour génoise. Emprunter ensuite le chemin qui vous mènera jusqu’au phare.

Si vous avez une envie de baignade, je vous recommande la petite crique qui se trouve en contre bas du chemin sur la droite quand vous vous dirigez vers le phare. Le cadre tout comme l’eau sont magnifiques. Pour y accéder vous trouverez un petit passage sur votre droite dans le virage.

Si votre envie de baignade persiste vous pouvez toujours revenir sur vos pas et profiter de la belle plage de sable blanc de l’Île rousse. Et si après cette découverte de la Balagne vous repartez sur Calvi comme nous, je vous recommande la plage d’Aregno ainsi que la crique de la punta di spanu à Lumio. Un vrai petit paradis cet endroit.

Vous pourrez vous baigner dans une eau magnifique, au milieu de gros rochers de granit rappelant les îles Lavezzi. C’est aussi un endroit parfait pour un joli couché de soleil avec au fond la vue sur la citadelle de Calvi.

INFOS PRATIQUES | Où se rafraichir ?

  • Pause boisson – Coup de coeur : Le Clos Antonini à Sant Antonino.
    Endroit parfait pour boire, sur place ou à emporter, un jus de citron ou de raisin pressé (voire le mélange des deux qui est succulent) .

Êtes-vous prêt.es à découvrir un des plus beaux paradis que nous avons vu en Corse ? J’ai nommé le désert des agriates. Ne vous attendez pas à découvrir un désert de sable aride comme dans le Sahara.En effet, Non il s’agit d’un site préservé entre la mer méditerranée (avec 37 km de côtes vierges) et le massif montagneux de la Serra di Tenda. Les plages les plus remarquables de ce coin de paradis sont celles du Lodu et de Saleccia ! Pour vous y rendre, vous avez 3 choix : 

  • Par bateau, ce qui vous permettra d’avoir de jolis points de vue sur Saint Florent et sa citadelle,
  • À pied, pour les plus courageux (et nous en avons rencontré),
  • En 4×4, la route est chaotique donc un véhicule 4 roues motrices est obligatoire pour l’affronter.

De notre coté nous avons opté pour l’option 1, le bateau, même si nous avons hésité à annuler cette escapade car les nuages étaient menaçants. Aussi, qu’on se le dise, le bateau c’est le moyen le plus simple pour se rendre jusqu’à la plage de Saleccia.

Une fois arrivées, on nous indique que nous disposons de 5 heures sur place avant l’arrivée de la navette retour. Un timing parfait je trouve pour profiter de l’endroit.

Afin de ne pas être à courir de peur de louper la navette retour, nous décidons de filer directement sur la plage du Lodu (également appelée plage du Lodo, du Loto ou du Lotu). Comptez une petite heure de marche environ en suivant le chemin des douaniers (pensez à avoir de bonnes baskets pour être à l’aise sur tout terrain car vous passerez du sable aux rochers aux chemins en terre … ).

Vous comprendrez que vous êtes presque arrivée à destination quand vous commencerez à apercevoir le célèbre ponton qu’on voit sur la plupart des cartes postales de la région. Encore quelques dizaines de mètres à parcourir, et vous voilà dans un petit paradis.

Une eau tellement claire que les lunettes de plongées ne servent presque à rien tellement vous voyez à travers, un sable blanc fin comme on les aime et quelques arbres pour ranger les affaires à l’ombre. Entre les deux plages de cette journée, c’est clairement ma favorite.

Pour le déjeuner, soit vous prévoyez un pique-nique, soit vous allez manger à la cabane du Lodu. Le cadre est magnifique, la vue est folle et la nourriture excellente !

Nous repartons ensuite sur la plage où nous étions arrivées plus tôt, celle de Saleccia, par le même chemin qu’à l’aller. Sans grande surprise quand nous arrivons, la plage est remplie de monde (il est 14h environ et nous ne sommes que mi Juin encore, je n’ose imaginer en haute saison sachant qu’il y a plus de traversées ainsi que de bateaux privés qui s’amarrent dans le golfe).

Néanmoins, l’endroit reste paradisiaque. Nous marchons un peu histoire de nous isoler de la foule afin de profiter de la dernière heure sur place à fond.

Une fois la traversée retour finie, nous profitons de notre fin d’après midi pour visiter Saint Florent en nous perdant dans les quelques ruelles de la ville. Le tour est vite fait mais il en vaut la peine.

INFOS PRATIQUES | Où Manger ? Où dormir ?

  • Restaurant – Coup de coeur : La Vista à Saint Florent
    Recommandé par un calvais (habitant de Calvi si vous ne saviez pas), cet endroit est parfait pour une fin de journée posée avec. un verre à la main et quelques tapas. Tout ce que vous y avons mangé était délicieux.
  • Restaurant : La cabane du Lodu
    Cadre magnifique, service parfait. Pensez simplement à réserver et avoir du cash sur vous car ils ne prennent pas la carte bancaire.
  • Spot dodo : Camping U Pezzo à Saint Florent
    Surement par le meilleur camping qu’on ait fait pendant notre séjour mais il à un atout non négociable : la plage juste en face. Comptez encore une fois une vingtaine d’euros par nuit pour deux avec une voiture, une tente et l’électricité.

De toutes les villes que nous avons visité, Bastia est surement celle qui m’a le plus surprise. Un air de Naples se dégage des ruelles de la ville de par les maisons à la fois colorées mais aussi pour certaines en partie délabrées. C’est clairement une ville qui en impose.

À Bastia, il y a quelque chose de plus, il y a une attitude et elle a même un nom, c’est la “macagne” ! Nous n’avons surement pas passer assez de temps sur place pour en saisir toute sa subtilité, mais ce qui est sûr, c’est qu’on a été impressionné par Bastia.

On commence notre visite par la célèbre et immense Place Saint Nicolas. Avec ses 280 mètres de long sur 80 mètres de large, la place servait de stade de foot à la ville dans les années 50. À présent ce sont des cafés, bars et terrasses qui remplacent la place qu’occupaient autre fois les supporters.

On déambule ensuite de ruelles en ruelles, s’imprégnant toujours un peu plus de cette atmosphère si particulière de la ville pour arrivée jusqu’à son vieux port très animé. D’ailleurs, n’oubliez pas de monter au niveau du Palais des Gouverneurs, c’est de là que vous aurez la plus belle vue sur la ville et le port, c’est juste magnifique ! 

Nous ne dédions que quelques heures seulement à la visite de Bastia alors que nous pourrions y passer facilement la journée entière.

INFOS PRATIQUES | Où Manger ? Où dormir ?

  • Restaurant – Coup de coeur : Le café des gourmets à Bastia
    L’adresse parfaite si vous voulez faire une pause brunch lors de votre séjour. Les plats servis sont à la fois copieux et délicieux. Vous ne serrez pas déçus.

Souvent laissé de côté par les voyageurs à défaut.

Si je devais résumer le Cap Corse, je dirais que c’est un condensé du plus beau de la Corse. En effet, vous y verrez tout aussi bien des tours génoises, maquis, plages sauvages aux eaux turquoise, criques, montagnes et villages pittoresques.

Premier stop à Erbalunga après seulement une vingtaine de minutes de route depuis Bastia. Joli petit village de pêcheurs au caractère pittoresque. La visite ne vous prendra pas beaucoup de temps mais ce stop en vaut la peine. Si, comme nous, vous descendez sur les rochers au bord de l’eau, faites bien attention, ils sont très glissants et vous pourriez vite vous retrouvez à l’eau.

Après quelques photos et une brève balade dans les ruelles nous reprenons la route en direction de Macinaggio. Pour y arriver il vous faudra 40 minutes de voiture plus ou moins durant lesquelles vous traverserez de nombreux petits villages, voir des criques aux eaux turquoises surplombées parfois par les vestiges de tours génoises sur votre droite alors que les montagnes se dressent sur votre gauche.

Une fois à Macinaggio, le programme n’est pas de visiter le village cette fois ci mais de rejoindre plus exactement le parking du restaurant U Paradisu, point de départ de notre randonnée du jour. De là nous pouvons rejoindre le sentier ds douaniers.

Très bien balisé, le sentier longe la côte. Vous pouvez facilement marcher jusqu’à Barcaggio et profiter du paysage, entre criques turquoises (n’oubliez pas votre maillot), fleurs sauvages, tour et phare, vous en prendrez plein les yeux. Le sentier vous offre également de beaux points de vues sur les îles Finocchiarola. Ces îles regroupent trois îlots totalement désertiques : l’îlot Finocchiarola, le plus éloigné des terres corses, l’îlot Mezzana et l’îlot A Terra, le plus proche de l’Île de Beauté.

Après cette balade on reprend la route, direction un point de vue panoramique du le Cap Corse, le Moulin Mattei, vestige des moulins à vent de Corse restauré par la famille Mattei. La vue que vous pourrez avoir sur la mer des deux côtés du Cap Corse est simplement magnifique. Vous verrez la belle mer de Corse, avec les collines verdoyantes qui descendent doucement vers la côte. Inoubliable.

Pour finir ce tour rapide du Cap Corse nous filons à Nonza, stop incontournable quand on prend le temps de visiter le Cap Corse. L’expression « la dernière mais pas la moindre » prend ici tout son sens. Ce village perché surmonté d’une tour génoise surplombe une immense plage de galets noirs sur lesquels les visiteurs s’amusent à dessiner à l’aide de galets blancs.

Pour boucler cette visite du Cap Corse, je vous recommande de profiter de la terrasse du restaurant La Sassa à Nonza. Depuis là vous aurez une vue incroyable sur la plage de Nonza, un spot parfait en fin de journée quand le soleil se couche, offrant une lumière orangée sur ces galets noirs contrastant déjà bien avec le bleu de la mer.

Clairement pour visiter le Cap Corse et avoir le temps de faire quelques balades sympa, il faut compter au moins une journée complète voire deux si votre durée de séjour le permet car nombreux sont les endroits où nous aurions aimer nous arrêter en plus de ceux présentés ici. Donc, si vous avez du temps devant vous, ne loupez pas :

  • le village de Rogliano
  • le village de Centuri en contre bas du Moulin Mattei
  • la plage de Barcaggio sur laquelle vous croiserez peut être quelques vaches

Voilà, j’espère vous avoir donner envie de découvrir cette partie de l’ile de beauté, qui comme vous l’aurez vu ici, porte si bien son nom. N’hésitez pas à laisser d’autres recommandations en commentaire de cet article et de me faire vos retours d’expériences.

7 thoughts on “D’Ajaccio à Bastia, un séjour entre terre et mer

  1. La Corse y a pas à dire c’est beau! Super article, hésites pas à venir faire un tour sur mon site Intel-blog.fr et à t’abonner si ça te plaît 😀

    Like

  2. Corse j y vais depuis 6 ans chaque année en septembre ont à fait bastia. Ajaccio. Porto vecchio. Calvi.ont est tombé amoureux du secteur bastia…

    Liked by 1 person

  3. Très bel article !! J’ai fait ce meme circuit en sept dernier et lire ton article m’a refais voyager. Tu as très bien retranscris cette beauté de la Corse du Nord
    .. Bravo
    Moi j’y retourne en sept cette année.. Qd on aime…

    Liked by 1 person

    1. Merci beaucoup Béa ! Ravie de voir que cet article vous a fait revivre votre voyage. Je retourne également en Corse dès Septembre (seulement 2.5 mois après mon premier séjour sur l’ile , comme quoi ce n’est pas des mensonges quand on dit qu’on en tombe rapidement amoureux).

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s