Les paradis de la Corse intérieure

Quand on pense à la Corse, on pense généralement aux plages et à leur eau turquoise propices au repos, aux excursions en bateau à Ajaccio et aux sorties dans les vieilles villes animées de l’île. Mais, à ceux qui en doutaient encore, la Corse est bel et bien un pays de montagne… aussi ! Et, dans cet article, c’est bien cette toute autre facette de l’île de beauté que vous allez découvrir. Je vais vous faire sortir des sentiers battus et vous emmener à l’intérieur des terres corses.

Avant de vous présenter les différents lieux que nous avons découvert lors de ces quelques jours en Corse intérieure, j’aimerai vous indiquer que la voiture est plus que recommandée dans cette partie de l’île. En effet, même si la Corse a un réseau de transports plutôt correct, il vous sera difficile de rejoindre les différents points de départ des randonnées ci dessous sans votre propre moyen de locomotion.

Aussi, l’utilisation d’un GPS de type maps.me (qui ne demande pas de connexion à internet) peut être utile car, perdu dans les montagnes, le réseau peut parfois se faire rare.

On commence la visite de la Corse intérieure par la ville principale de la région, Corte. En plein centre de la Corse, dans les montagnes, la ville est à égale distance d’Ajaccio et de Bastia. Elle surprend avec son étroite citadelle perchée sur son piton rocheux. La visite de la la vielle ville en vaut la peine. Les ruelles en pente et pavées de galets et maisons colorées donnent un charme fou à cette ville dominée par sa citadelle, surnommée “le nid d’aigle”.

À savoir, Corte est la capitale historique et culturelle de Corse et c’est d’ailleurs là qu’on retrouve la seule et unique université de l’île.

Chaque coin de rue regorge d’histoire. Je vous invite notamment à prêter attention à certains habitations comme celle du général Jean Pierre de Gaffory, patriote Corse où vous pourrez apercevoir de multiples impacts de balles datant de 1745 quand les Génois voulaient assiéger Corte. Dans un tout autre registre, vous passerez aussi surement devant une des plus anciennes épiceries d’Europe.

Après cette rapide visite de la ville, l’appel de la nature se fait entendre. Direction la vallée de Tavignanu sur les recommandations du réceptionniste de notre hôtel. Moins connue et impressionnante que la vallée de la Restonica, que je vous présente dans cet article également, elle est tout aussi belle.

Elle offre une profonde gorge encaissée de rochers avec de nombreuses piscines. Seul un ancien sentier muletier bien conservé permet d’accéder dans les gorges très sauvages du Tavignano. Le point de départ se trouve au niveau du parking de la citadelle.

Selon votre envie vous pourrez optez pour un moment de repos au bord de l’eau en profitant des différentes piscines naturelles qu’offre la rivière ou pour un moment plus sportif en réalisant la randonnée passant par la passerelle de Rossolino. L’ensemble de la balade fait 16 km, donc soyez équipés si vous décidez de faire la boucle qui vous fera passer de chemins en terre à passages rocailleux en monter comme en descente.

Pour finir cette journée, direction les cascade des anglais. Comptez environ 40 minutes de route pour les rejoindre depuis le centre de Corte. La balade ensuite vous prendra plus ou moins le même temps si vous suivez le bon chemin. De notre côté, nous avons emprunté un raccourci sans le vouloir, nous faisant traverser une partie de la forêt puis enjamber quelques gros cailloux. Un chemin certainement moins tranquille que l’initial mais qui nous aura fait arriver à la cascade en 20 minutes à peine.

Vous risquerez de croiser quelques randonneurs du GR20 à cet endroit étant donné que vous vous trouverez au niveau de l’étape 9 de la mythique traversée corse. Et même si les cascades des Anglais ne sont pas de grandes et spectaculaires cascades, elles n’en sont pas moins somptueuses pour autant. Ça serait donc dommage de les louper.

INFOS PRATIQUES | Où dormir ?

  • Spot dodo : Hotel FR
    Après une semaine de camping et par peur d’avoir froid en tente dans les montagnes, nous avons opté pour cet hôtel en plein coeur de Corte. Très pratique c’est hôtel est en fait une résidence étudiante et que les chambres sont en fait de petits appartements avec cuisine privée, donc très pratique. Comptez environ 60 euros pour deux personnes par nuit.

Pour rejoindre le point de départ de la randonnée, il faudra monter jusqu’aux Bergeries de Grottelle (1375 m), soit un peu plus de 15 km. Ne cherchez pas à rouler vite, la route est très étroite, et il est difficile de se croiser en voiture sur les derniers kilomètres ! Vous pourrez ensuite laisser votre voiture sur le parking payant (6€) qui se trouve au bout de cette route. Vous serez accueillis par des étudiants qui vous guideront vers une place de stationnement. Clairement, plus tôt vous arrivez, mieux c’est. Les places près des bergeries sont assez peu nombreuses et si vous tardez trop, vous risquerez d’être stationnés bien plus bas (rendant alors la randonnée un peu plus longue encore).

Du parking, commence la randonnée qui mène à deux lacs, celui de Mélo (1 711 m) et de Capitello (1 930 m) : deux lacs glacières qui comptent parmi les plus connus de Corse.

Pour rejoindre le lac de Mélo il y a deux possibilités qui s’offriront à vous après une demie heure de marche :

  • Le chemin de gauche est le plus facile d’accès. Il traverse la rivière et monte directement vers le lac de Mélo sans difficultés particulières.
  • Le chemin de droite est plus difficile. Il conduit vous conduit également au lac de Mélo mais il faudra suivre passage escarpé sécurisé par une chaîne et deux escaliers métalliques. Pas forcément évident, notamment pour les personnes sensible au vertige.

Sans vraiment le savoir, nous avons suivi le chemin plus difficile, qui pour nous, ne l’était pas plus que ça. En tout, comptez entre 1 heure et 1 heure 15 pour accéder au premier lac. Ce dernier est juste sublime, avec des airs des Dolomites (notamment du lac de Sorapis pour ceux qui connaissent).

Après avoir profité du paysage, vous pourrez continuer vers le lac Capitello. Passez à droite du lac de Melo et suivez le chemin, qui est en partie très pierreux et raide. Clairement ici, la randonnée prend presque des airs d’escalade. Après 45 minutes de marche, vous arriverez au superbe lac de Capitello, entouré de rocher.

Si vous le souhaitez et êtes bien équipés, vous pouvez continuer votre randonnée jusqu`à la Brèche de Capitello, qui se trouve sur le GR20. Vous y aurez une belle vue sur les deux lacs. Pour y aller, passez à gauche devant le lac de Capitello et suivez la direction du GR20 et du refuge de Manganu (écrit en jaune sur un rocher). Voyant que la neige recouvrait encore une partie du chemin nous n’avons même pas essayé d’y aller.

Pour le chemin retour, rien de plus simple, on emprunte le même chemin. Si, comme nous, vous partez tôt, vous risquez de croiser pas mal de monde, donc faites bien attention à vos appuis, notamment dans les descentes bien raides.

Après l’effort, vous pourrez vous détendre dans l’une des piscines naturelles présentes tout le long de la vallée. Vous avez certainement aperçu certaines vasques lors de votre montée en voiture vers le point de départ de la randonnée mais celles qu’on m’a le plus conseillé se trouvent près du point d’information, au début de la route. Pour les plus courageux, rendez vous au niveau du restaurant l’Osteria où se trouve une piscine assez profonde pour y faire des plongeons !

En fin de journée nous avons rouler vers Zonza, village dans lequel nous avions notre logement pour la nuit. Cette traversée de la Corse intérieure nous a permis d’admirer en fin de journée les aiguilles de Bavella. Elles constituent l’un des paysages emblématiques de l’île de beauté. Un symbole de la Corse, somptueuse et sauvage.

Vous y croiserez de nombreux randonneurs étant donné que le col de Bavella se situe sur le GR20 et que nombreux sont les randonneurs à s’arrêter pour la nuit.

On en aura vu des spots incroyables pendant notre séjour sur l’île, mais cet endroit restera dans nos favoris, à l’une comme à l’autre. Pour être honnête avec vous, j’avais peur d’être déçue ayant vu cet endroit mainte et mainte fois sur Instagram notamment mais il était sur ma bucketlist depuis des mois, voire années maintenant …

Les cascades de Purcaraccia est un petit paradis qui se mérite. Il faut marcher une petite heure en montagne pour l’atteindre et le découvrir donc n’oubliez pas de prendre de bonnes baskets.

Le point de départ se situe dans un virage en tête d’épingle (nommé Rando bassin eau Purcaraccia polischellu sur Google Maps). Une fois sur place il vous faudra vous garer le long de la route car il n’y a pas vraiment de parking à proprement parler. Le sentier commence ici, dans l’épingle où est localisé le parking sur Map. Il est bien tracé et commence tranquillement, à plat et à l’ombre des arbres. Après quelques centaines de mètres seulement vous commencerez déjà à en prendre plein les yeux avec le panorama qui vous entourera. Forêt à perte de vue et les fameuses Aiguilles de Bavella qui surplombent le tout. Un petit air de Dolomites une nouvelle fois.

Le sentier, plutôt simple à suivre au début, s’efface petit à petit, vous laissant même parfois perplexe sur le chemin à suivre pour trouver ces fameuses cascades. Un seul mot d’ordre donc, toujours choisir le sentier le plus à droite tant que vous êtes sur la rive droite de la rivière. Les autres sentiers qui descendent (souvent de façon abruptes en plus) vous mèneront au lit de la rivière certes, mais pas à l’endroit que vous souhaitez.

Une fois devant la rivière, il faudra la traverser ! Pour se faire, rien de plus simple, marchez sur les pierres qui sont au milieu du lit d’eau. Attention cependant, certaines de ces pierres peuvent être bancales et vous pourriez rapidement vous tordre la cheville. Une dizaine de mètres plus loin vous apercevrez un semblant de sentier qui grimpe sur la droite, c’est la que la route continue. Vous pouvez également utiliser la photo ci dessous comme repère. Le sentier pour continuer l’ascension (car clairement, à partir de là, vous n’allez faire que monter) se trouve juste sur la gauche de ce gros rocher lisse.

À partir de là, repérer les points rouges dessinés sur les cailloux et arbres, ils vous indiqueront le chemin. Et, alors que vous avez l’impression de gravir jusqu’au sommet des montagnes, vous pourrez apercevoir les piscines naturelles sous vos yeux en contre bas. L’endroit est simplement vraiment incroyable, magnifique, magique ! Et, cerise sur le gâteau, cet endroit est une vraie cours de récréation. En effet, la mousse sur les rochers les transforment en réels toboggans, rendant ainsi possible les glissades de piscines naturelles en piscines naturelles.

Par contre, ne soyez pas surpris que l’eau soit fraîche. Ici, elle ne dépasse jamais les 15 degrés. De quoi vous rafraîchir correctement après les efforts fournis pour arriver dans ce petit paradis.

Gardez en tête que si vous voulez profiter de cet endroit pleinement et être plus tranquille sur place, il faut arriver avant 9 heures. De notre côté, nous avons commencer la randonnée à 8h et nous étions quasi les premières arrivées au niveau des piscines naturelles. À partir de 10h les gens commencent déjà à arriver, rendant l’endroit un peu moins féerique. Nous croisons réellement énormément de monde sur le chemin retour aux alentours de 11 heures.

Enfin, si vous êtes fan de canyoning, sachez que vous pourrez vous éclatez ici. Il est possible de descendre l’intégralité des cascades et piscines accompagné d’un guide, et on en a croisé des rigolos ! Sensations fortes et journée de dingue garanties !

INFOS PRATIQUES | Où dormir ?

  • Spot dodo – Coup de coeur : Camping Bavella Vista
    Par crainte d’avoir froid en tente dans les montagnes corses, nous avons loué une petite roulotte dans ce camping. C’était parfait ! La roulotte était mignonne comme tout, super bien équipée pour 4 personnes avec même une plancha pour vos diners et à même pas une demie heure de route des cascades de Purcaraccia. Comptez 60 euros par nuit (nous étions encore en basse saison) pour 2 personnes et pensez à avoir du liquide pour payer.

Sur la route pour la cascade de Piscia di Ghjaddu depuis Purcaracia, vous avez également les piscines naturelles de Cavu très prisées des locaux et visiteurs. Nous ne voulions pas nous presser pour le coup et avons décidez de laisser ces piscines pour notre prochain séjour en Corse.

Si comme nous vous souhaitez rejoindre cette cascade depuis celles de Purcaraccia, il vous faudra compter environ 1 heure de route en passant par Zonza, un chouette petit village. Vous traverserez alors la région de l’Ospédale, un beau mélange de magnifiques forêts et de formations rocheuses tout aussi spectaculaires.

L’accès à la cascade se fait par un sentier depuis le parking (payant). Nous ne savions pas qu’il y avait un parking (zéro indication sur google maps), nous nous étions donc garée vers le repère Corsica Mountain Quad sur Google Maps et avions suivi un sentier en pierre nous ramenant au chemin principal de la cascade.

Le sentier ne pose pas de difficultés mis à part un peu de crapahutage sur des rochers et un passage de rivière peu profond (l’eau vous arrivera aux chevilles et des cailloux sont là au besoin pour traverser tout en restant au sec). Vous atteindrez le haut de la cascade en plus ou moins 45 minutes en suivant un balisage jaune (sentier très bien balisé).

Une fois sur ce plateau, il vous faudra continuer sur la gauche et entamer la descente vers le pied de la cascade. N’hésitez pas à utiliser les câbles mis à disposition pour vous tenir car la descente est raide jusqu’au point de vue sécurisé. Vous pourrez aussi faire une pause sur une sorte de petite plateforme qui vous offrira une belle première vue sur la cascade. La chute d’eau est assez spectaculaire puisqu’elle a une hauteur de soixante mètres.

Ensuite, ça se corse. La partie basse du chemin, après cette dernière plateforme, n’a pas été équipée et un panneau signale la fin de la zone protégée (à compter de cette limite la responsabilité des visiteurs est donc engagée). À partir de là, le sol est glissant et humide. Il faut faire attention, et assurez vos appuis.

Mais, qu’on se le dise, ça vaut le coup ! La vue sur la cascade est encore plus dingue. Et si l’envie vous prend, vous pouvez même descendre encore un peu plus pour rejoindre l’eau. La baignade soit clairement déconseillée mais nombreux sont ceux qui s’y rafraîchissent.

Lors de notre prochaine visite de la Corse intérieure, j’aimerai beaucoup partir à la découverte de/du :

  • Lac de Nino et ses pozzines situé sur le parcours du GR20. Ce lac est la terre d’accueil de chevaux sauvages qui y galopent en toute liberté. Il faut compter environ 6 heures.
  • Monte Cinto, également surnommé le toit de la Corse. Clairement il faut être prêt physiquement car la balade de 12 km environ vous emmènera à plus de 2700 mètres d’altitude (comptez déjà 1500 mètres de dénivelés pendant la randonnée). Mais à l’arrivée vous découvrirez un paysage lunaire, exempt de toute faune. Il faut compter entre 8 et 9 heures.

Clairement, ces quelques jours en Corse intérieures ont été géniaux et nous ont permis de découvrir une toute autre facette de l’île de beauté, une facette bien moins connue que les plages corses. Plages que nous avons retrouvé ensuite pour la dernière semaine de ce roadtrip en Corse passée entre Porto Vecchio et Bonifacio.

4 thoughts on “Les paradis de la Corse intérieure

  1. Bonjour, est ce que je pourrais avoir la suite de vos aventures pour la Corse svp? Je n’arrive pas à tout lire sur le site (c’est peut-être normal).
    Je vous remercie. Et merci pour ce que vous faites !

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s